Coupe cabriolet

Le cabriolet Peugeot 404

Peugeot 404 Cabriolet : la génèse

La Berline 404, qui a pour modèle principal la 403, est appelée à succéder cette dernière à son lancement en mai 1960. Parmi les changements, il y a une inclinaison du moteur à 45°, le renforcement de l’équipage mobile, et la présence de chambres de combustion en «calotte sphérique décalée» sur la culasse. Des ressorts hélicoïdaux assez surélevés peuvent s’observer sur la nouvelle suspension. De même que pour sa précédente consœur, l’austérité esthétique de cette Berline est effective.


Le cabriolet de Peugeot sorti en Octobre 1961 se veut être un véhicule à l’allure stylée, et pourra se fabriquer dans les locaux de la marque qui se trouvent dans la banlieue de Turin. Sa magnifique ligne, quand bien même elle soit un peu trop similaire à d’autres modèles dessinés par le même designer automobile Pininfarina, tels que les Fiat 1200/1500, est d’une élégance indiscutable.

 

 

L’évolution de la Peugeot 404 Cabriolet

Une nouvelle version plus vive du cabriolet est présentée au Salon de Genève 1962. Parmi les améliorations, il y a le recours au système d’injection d’essence Kugelfisher, ce qui fait monter la puissance du véhicule à 85 ch contre les 72 initiaux.
Octobre 1962 est le mois où Pininfarina présentent la 404 coupé au monde, au choix avec un moteur à carburateurs et moteur à injection, dans laquelle quatre personnes peuvent s’asseoir, et qui est une version fermée. Ce véhicule est plus pratique, cependant, il est également moins élégant.
De enjoliveurs de roues des deux modèles de 404 sont présentés en 1963, et en 1966, c’est une nouvelle calandre qui intègre deux projecteurs complémentaires. Juillet 1968 marque la fin de la production des 404, au profit des nouvelles 504, montrées au Salon de Genève en mars 1969.
Voici une petite anecdote de l'auto école wavre : la 404 Cabriolet a servi de base à Peugeot pour la fabrication d’un coupé monospace, avec un moteur Diesel, est qui a raflé pas moins de 40 records du monde, du 4 au 14 juin 1965. Parmi ces records, il y a 3 878 kilomètres parcourus en 24 heures sur le circuit de Montlhéry avec une moyenne de 161,590 km/h, et avec un relai de 5 pilotes.

Site partenaire : http://www.autoecolecontactplus.be